Wanklyn Project Set Aside

July 6, 2012
Architectural view of Wanklyn

Architectural drawings of Borough’s vision

The LaSalle Borough has set aside the Wanklyn Project after 107 local residents signed a registry to ask for a referendum to approve it. This was 19.7% of those eligible to vote.

Mayor Manon Barbe announced the decision at a council meeting on Tuesday, July 3.

During her speech, she made it clear that despite local residents’ concerns, councillors remain convinced that a transit-oriented development is the right choice for the Wanklyn island. She said that another project will be presented for the sector.

Here is her speech in its entirety:

Allocution de Mme Manon Barbe, mairesse d’arrondissement de LaSalle

Séance du conseil d’arrondissement du mardi 3 juillet 2012

Mesdames, messieurs,

Le jeudi 21 juin, l’arrondissement tenait un registre sur un projet de développement de l’îlot Wanklyn. Ce projet prévoyait la construction, sur ce site industriel abandonné, d’un programme résidentiel mixte comprenant du logement social, un projet Accès-condo et des copropriétés. Plus de cent citoyens ont signé le registre, bloquant ainsi le projet.

Dès le début de notre mandat, mes collègues et moi vous avons fait part de notre vision du développement de LaSalle. Nous vous avons dit que cet enjeu serait au cœur de nos préoccupations. Il l’est toujours aujourd’hui. Avoir de la vision, c’est faire les choix qui vont profiter au maximum de LaSalloises et de LaSallois dans les années à venir. Ce soir, au nom de tous mes collègues et en mon nom, je vous confirme que nous allons continuer de travailler à offrir aux citoyens plus de développements résidentiels de qualité, dans tous les quartiers.

Plusieurs raisons justifient que nous investissions nos énergies dans le développement résidentiel : pour améliorer la qualité des services offerts par l’arrondissement, dynamiser le développement économique sur notre territoire, mettre en valeur l’excellente localisation géographique de LaSalle, et pour en faire un des meilleurs choix de résidence sur l’île de Montréal. Déjà, les habitations réalisées au Bois des Caryers, au Quartier Angrignon et rue Airlie, et dont les médias ont fait écho, donnent une image positive et dynamique de LaSalle aux Montréalais et aux LaSallois eux-mêmes.

Si certains s’imaginent que mes collègues et moi avons perdu quelque chose avec ce registre battu, ils se trompent. En réussissant à bloquer un projet résidentiel de plusieurs millions de dollars, les quelques opposants à ce projet ont fait des perdants, c’est vrai, mais ce sont les gens du quartier et l’ensemble des LaSallois. En les convainquant de signer le registre, les opposants n’ont pas vraiment dit aux citoyens à quoi ils disaient non. Voici à quoi ils ont dit non.

  • Le 21 juin, les citoyens qui ont signé le registre ont dit NON au premier projet Accès condo à LaSalle, un programme de la Société d’habitation de Montréal qui aurait permis à 290 jeunes familles d’accéder à la propriété.
  • Le 21 juin, ils ont dit NON à un immeuble du programme Accès Logis, qui aurait permis d’ajouter 125 logements communautaires très attendus par des familles laSalloises à faible revenu, mais qui gagnent quand même trop pour être éligibles à un appartement dans un HLM.
  • Ils ont dit NON à la transformation d’une friche industrielle et d’une usine abandonnée en un milieu de vie de qualité, où des centaines de familles auraient apporté un nouveau souffle de vie au quartier.
  • Ils ont dit NON au parc de détente qui manque à ce coin de LaSalle et qui aurait si bien complété le parc Ménard, davantage voué au sport.
  • Ils ont dit NON à ce qui aurait été la première phase d’un Transit Oriented Development, un TOD, sans lequel LaSalle pourrait bien perdre sa gare de train de banlieue.
  • Et ils ont dit NON aux chances de LaSalle d’obtenir un investissement majeur de la Ville de Montréal pour reconfigurer l’intersection Lafleur-Clément, puisque l’arrondissement avait convaincu la Ville de faire figurer ce projet à son prochain programme triennal d’investissement, en le liant aux millions de nouvelles recettes foncières qu’aurait générées le projet Wanklyn.

Comme élus, mes collègues et moi sommes évidemment déçus de voir le projet Wanklyn, comprenant des logements abordables aux familles et un nouveau parc de quartier, être rejeté par une partie des citoyens du secteur. Nous comprenons bien les craintes que certains citoyens peuvent avoir face au changement, face à des bouleversements dans leur quartier, mais à ces gens, je rappelle que :

  • On ne peut pas remplacer un site industriel abandonné par un magnifique parc de quartier et par des immeubles résidentiels, peu importe leur taille, sans qu’il n’y ait quelques mois de poussière et de bruit dus à la construction.
  • On ne peut pas profiter de la vie et de l’énergie qu’apportent des centaines de nouvelles familles dans le voisinage, sans qu’il n’y ait des voitures et des autobus de plus dans les rues du quartier.
  • On ne peut pas offrir des centaines de logements accessibles aux personnes à faible revenus et des propriétés abordables aux jeunes familles sans que le promoteur puisse rentabiliser ce volet social par une densité suffisante de propriétés individuelles.
  • On ne peut pas réclamer de meilleurs transports en commun sans qu’il y ait le nombre suffisant d’usagers pour justifier ces améliorations.
  • Et on ne peut pas espérer conserver des commerces de quartier diversifiés s’ils n’ont pas la clientèle nécessaire pour les faire vivre.

Malgré le résultat du registre sur le projet Wanklyn, mes collègues et moi sommes toujours persuadés que nous avons raison de miser sur le développement résidentiel. D’ailleurs, les nouvelles règles de financement des arrondissements, annoncées il y a deux semaines par la Ville de Montréal, sont basées en partie sur l’augmentation de l’assiette fiscale. Tout développement futur sera donc bénéfique pour l’ensemble des LaSallois.

Malgré le résultat du registre sur le projet Wanklyn, mes collègues et moi demeurons également convaincus que la transformation du secteur autour des voies du CP pour y développer un TOD, un Transit Oriented Development, sera bénéfique pour tous les LaSallois. D’abord pour créer une communauté vivante et conviviale pour le piéton, où on retrouverait une meilleure qualité de vie et des services accessibles à pied. Mais surtout parce que la présence même de la gare LaSalle, obtenue à l’arrachée lors de la réouverture de la ligne de train de banlieue, ne pourra se justifier qu’avec un accroissement de son achalandage actuel.

Malgré le résultat du registre sur le projet Wanklyn, mes collègues et moi demeurons convaincus que la transformation de cette friche industrielle en un milieu de vie de qualité serait non seulement bénéfique pour les centaines de familles qui y résideraient, mais également pour l’ensemble des résidants du quartier.

Il y aura sûrement un autre beau projet pour ce terrain, car il nous semble impossible d’envisager la perspective de voir ces tristes terrains abandonnés à jamais dans leur état actuel. Il y aura certainement un projet qui, sous une forme ou une autre, saura rallier tout le monde. Nous espérons seulement que les LaSalloises et les LaSallois qui habitent le quartier fonderont leur opinion sur les caractéristiques véritables du projet qui leur sera proposé et sur leur propre analyse, pas sur des tracts anonymes qu’ils trouvent dans leur boîte aux lettres.

Mes collègues et moi continuons d’avoir une très grande confiance dans le potentiel formidable qu’offre le secteur de la gare LaSalle. Nous croyons toujours qu’il peut être transformé en un quartier agréable, vert, qui accueillera un jour des centaines de nouvelles familles. Nous allons donc continuer de faire ce que nous faisons depuis des années : travailler pour le mieux être de tous les citoyens de notre arrondissement et maintenir le cap sur la vision à long terme que nous avons de LaSalle en ce début de son second siècle d’existence.

Merci.”

Print Friendly, PDF & Email
Tracey Arial

About the Author

Tracey Arial

Tracey Arial helps Canadians grow with notable nonfiction and urban agriculture.

Follow Tracey Arial:

Hear the latest about LaSalle

>